Un comité directeur à la tête de l'Union des vignerons

Jeudi 10 janvier 2013 par D. B.
Article mis à jour le 30/08/2016 19:04:23

Suite à la démission du secrétaire général de l'Union des vignerons du Beaujolais (UVB), Thierry Saint-Cyr, la direction opérationnelle de l'organisation professionnelle est désormais assurée par un comité directeur composé de cinq personnes.

Ils sont cinq : les présidents et vice-présidents des deux ODG du Beaujolais (beaujolais génériques et villages d'un côté, crus de l'autre) et le responsable de la section viticole de la FDSEA. Ils constituent le comité directeur chargé de la direction opérationnelle de l'Union des vignerons du Beaujolais.

Annoncée comme provisoire, cette option semble finalement s'inscrire dans la durée : le prochain conseil d'administration de l'UVB, la semaine prochaine, devrait l'entériner. « Nous souhaitions que l'organe exécutif de l'UVB soit désormais collectif et non plus individuel, avec un secrétaire général qui endosse seul les responsabilités », explique Frédéric Laveur, responsable de l'ODG Beaujolais et Beaujolais villages.

Le comité directeur propose des actions au conseil d'administration et il en assure ensuite la bonne mise en place. « Nous avons déjà eu trois réunions et le modèle fonctionne bien. La décision de créer cet organe a été décidé alors que Thierry Saint-Cyr était encore en place, afin de l'épauler », poursuit-il.

« Pendant cinq ans, tout s'est bien passé, explique Thierry Saint-Cyr, qui a démissionné courant décembre. Mais, depuis qu'une nouvelle équipe a été élue à l'ODG Beaujolais et Beaujolais villages, les choses se sont dégradées, on me critiquait sans cesse. »

Le sort du directeur de l'UVB, parti à l'automne, aurait été un point de désaccord majeur. De même que le plan local de restructuration qui doit être présenté en comité de bassin en janvier. Ce plan prévoit d'aider les viticulteurs à replanter à des densités plus basses pour réduire les coûts de production.

« Je n'ai pas voulu être celui qui allait dire aux gens qu'il faut replanter à 5 000 ou 6 000 pieds/ha. On aurait pu être souple et autoriser des densités intermédiaires avec les 8 000 ou 9 000 pieds/ha que l'on a actuellement. Les gens ne voudront pas y aller », assure Thierry Saint-Cyr.

Enfin, le conseil d'administration de l'UVB va désigner le prochain vice-président de l'interprofession, poste qui était lui aussi occupé par Thierry Saint-Cyr.

 

Check out : Sears Catalogue, No Frills Flyer

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé