Journée d'action européenne le 11 décembre

Mardi 30 octobre 2012 par C. S.

La Cnaoc, la CFVDP, les Vif et la CCVF appellent les viticulteurs à organiser des actions symboliques le 11 décembre prochain pour sensibiliser le grand public aux conséquences de la libéralisation des droits de plantation.

« L'imagination est au pouvoir, explique Pascal Bobillier Monnot, le directeur de la Cnaoc, pour souligner que l'on peut s'attendre à des actions très diverses. Clairement, il ne s'agit pas de manifestations. »

La journée d'action du 11 décembre a pour but de toucher l'opinion publique par des actions symboliques. À l'appel de quatre organisations de la production, les viticulteurs vont se rassembler autour de ceps morts, recouvrir des panneaux de communes viticoles ou encore planter de la vigne à des endroits où il ne devrait pas y en avoir pour montrer les conséquences de la libéralisation.

« Prendre le citoyen à témoin »

À chaque fois, élus et presse locale seront invités. « L'idée est de prendre le citoyen à témoin et de le sensibiliser aux conséquences qu'aurait la libération des droits de plantation sur l'aménagement du territoire et sur la qualité », précise Pascal Bobillier Monnot à propos des actions qui vont avoir lieu.

Des opérations vont se dérouler dans tous les vignobles français mais aussi dans les autres pays producteurs de l'Union européenne. Le 10 décembre, des conférences de presse seront organisées dans les capitales pour sensibiliser la presse généraliste nationale.

L'enjeu est de taille car le 14 décembre, le groupe de haut niveau sur les droits de plantation se réunira pour la dernière fois. Les professionnels sont inquiets, car ils craignent que la commission ne mette aucune proposition sur la table. C'est cet immobilisme qu'ils veulent dénoncer.

Nouveau système

En effet, quinze États membres producteurs ont pris position en faveur du maintien des droits de plantation. Le Parlement européen devrait également voter pour leur maintien. La Commission a bien fait quelques propositions pour un nouveau système, mais celles-ci ne satisfont toujours par la production.

Ces manifestations devraient faire mouche car « à deux ans des élections européennes, tout le monde est sensible à l'image que renvoie la presse des institutions européennes », explique le directeur de la Cnaoc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé