Mort d'un viticulteur happé par sa prétailleuse

Lundi 11 février 2013 par Colette Goinère

L'accident est redouté des vignerons mais il fait malheureusement de nouvelles victimes régulièrement. Éric Augey, viticulteur à Naujan-et-Postiac (Gironde), est décédé le 9 février dans sa vigne, happé par sa prétailleuse.

Le 9 février, Éric Augey, 53 ans, viticulteur sur la commune de Naujan-et-Postiac (Gironde), part tôt dans la matinée pour prétailler l'une de ses parcelles, au lieu-dit Chassereau. En début d'après midi, ne le voyant pas revenir, c'est l'étonnement aux Vignobles Augey. Un cousin se rend donc dans ses vignes. Le tracteur est au bout d'un rang. Le corps d'Éric Augey, sans vie, est coincé, compressé entre les rotors de la prétailleuse.

Alain Barthe, qui exploite 58 ha sur la commune, se rend aussi sur les lieux du drame. Les vignes d'Éric Augey sont en contrebas de son habitation. Pour ce viticulteur, l'émotion et l'incompréhension dominent. « J'ai vu cet homme encastré dans la prétailleuse. Une branche était coincée. C'est terrible. Mais je ne comprends pas. Éric Augey n'était pas un néophyte. Il a toujours été dans les vignes. Il a passé sa vie sur un tracteur. Il a dû descendre pour débloquer et régler la prétailleuse, gênée par une branche. »

Michel Clabé, le maire de Naujan-et-Postiac, reconnaît le professionnalisme du viticulteur décédé : « C'était un enfant du pays et un excellent mécanicien. C'est lui qui avait monté la prétailleuse sur son tracteur. Il était très adroit de ses mains. Nous sommes tous très touchés. »

Selon le maire de Naujan-et-Postiac, ancien vendeur et réparateur de machines agricoles, l'explication la plus plausible serait « que la source hydraulique de la prétailleuse n'ait pas été arrêtée. Cela ne pardonne pas. On ne dira jamais assez qu'à chaque fois que l'on descend de son tracteur, il faut couper le moteur, la source hydraulique d'une machine ».

Ce samedi 9 février, la manche de la parka d'Éric Augey a été prise par les rotors de la machine. Le bras a entraîné le corps. Les pompiers ont dû découper ses vêtements pour l'extraire. C'est la compression qui a provoqué le décès.

Ce matin-là, vers 10 heures, des chasseurs de sangliers sont passés non loin de la parcelle où travaillait Éric Augey. Ils ont entendu le bruit du moteur d'un tracteur qui tournait au ralenti. Bien loin de se douter du drame qui se déroulait à quelques mètres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé