Lucien Albrecht SA repris par la coopérative Wolfberger

Mercredi 14 novembre 2012 par C. R.

Le 13 novembre, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar (Haut-Rhin) a désigné Wolfberger comme repreneur des actifs du négoce Lucien Albrecht SA placé en redressement judiciaire le 11 septembre dernier.

La coopérative Wolfberger était un des deux opérateurs sur les rangs pour reprendre le négoce Lucien Albrecht SA, en redressement judiciaire depuis le 11 septembre dernier. Le tribunal a retenu son offre le 13 novembre. Elle verse 1,2 million d'euros pour récupérer près de 5 ha de vignes, le fonds de commerce et les marques du négociant. Elle conserve six des treize salariés de l'entreprise.

« Wolfberger est là pour vendre de la marque en s'inscrivant dans une stratégie de développement durable », martèle Bertrand Dufour, directeur de cette coopérative basée à Eguisheim (Haut-Rhin), qui commercialise 13 millions de bouteilles par an. L'entreprise table sur une augmentation de ses ventes de 500 000 cols par an grâce au rachat de Lucien Albrecht SA, société qui avait écoulé 816 000 cols en 2011.

Wolfberger reprend également (en sus des 1,2 M?) un stock de vins dont la valeur reste à évaluer avec précision.

Ce jugement ne concerne pas les biens immobiliers du négoce et 14 ha de vignes, propriété de la famille Albrecht.

Mais le tribunal laisse les vendeurs de vrac qui n'ont pas été payés de leurs livraisons par le négoce défaillant avec leurs questions. La principale concerne l'argent encaissé par le négociant pour la vente de ces vins dont la trace semble perdue. Le vignoble bruisse de rumeurs à ce sujet.

L'Association des viticulteurs d'Alsace (Ava) a porté plainte au pénal pour avoir des éclaircissements. Plusieurs membres d'un collectif d'une vingtaine de viticulteurs fédérés sous la bannière de la Confédération paysanne s'apprêteraient à en faire autant.

Dans l'immédiat, les exploitants individuels créanciers de Lucien Albrecht SA, certains jusqu'à 70 000 euros, vivent une situation précaire. L'Ava a demandé aux maires de les exonérer de la part communale des impôts fonciers et à la MSA d'étaler leurs cotisations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé