Le moral des acheteurs de vin a fléchi en 2012

Mercredi 10 octobre 2012 par A. A.

L'enquête annuelle réalisée par la Sopexa sur les perspectives de ventes de vins de 1 310 importateurs, grossistes, distributeurs ou pure-players implantés dans douze marchés étrangers montre une baisse de l'optimisme par rapport à 2011. 57 % des sondés pensent que leurs ventes de vins tranquilles vont augmenter en 2012. C'est dix points de moins qu'en 2011. Dans ce contexte, les vins italiens semblent mieux résister que les vins français.

Le baromètre de la Sopexa montre un repli significatif des prévisions de ventes de vins sur douze marchés étrangers (*) en 2012 par rapport à 2011. Rien d'alarmant toutefois, dans la mesure où une majorité de sondés (57 %) considèrent toujours que leurs ventes de vins tranquilles devraient croître en 2012. « Reste que ce chiffre indicateur de confiance est en baisse de dix points par rapport à 2011 », a indiqué François Collache, responsable des vins et spiritueux à la Sopexa.

Les Français risquent d'avoir plus de difficultés que leurs concurrents italiens : seuls 49 % des acheteurs interrogés par la Sopexa prédisent une hausse des ventes des vins produits dans l'Hexagone (cinq points de moins qu'en 2011), contre 54 % qui anticipent un essor des vins italiens (un point de moins qu'en 2011).

Dans ce contexte de baisse de moral, un marché fait exception : le Japon. 70 % des opérateurs y anticipent un essor de la demande de vin. Charles Durand, le responsable de la Sopexa sur le marché nippon, rappelle qu'il s'agit d'une tendance de fond depuis 2009.

« On assiste à un développement de la consommation de vin à domicile. Les prix ont été tirés vers le bas ces dernières années et cela a permis de recruter de nouveaux consommateurs », explique-t-il. Loin d'avoir enrayé le phénomène, la tragédie de Fukushima a semble-t-il renforcé la tendance. « Comme on a assisté à une recrudescence des mariages après la catastrophe, on constate aussi une vague d'hédonisme », explique l'expert. Les petits plaisirs comme celui de boire du vin sont recherchés?

(*) Canada, États-Unis, Allemagne, Belgique, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni, Russie, Suisse, Chine, Hong Kong et Japon.

Vins de cépages, petits prix et capsules à vis ont la cote

Alors que les vins premiums étaient considérés en 2011 comme le segment de marché le plus dynamique, cette fois, les vins de cépage et les premiers prix sont les plus recherchés. Les enquêteurs notent aussi un coup de frein sur les vins bios puisque seuls 30 % des sondés estiment désormais que cette catégorie va être « très ou assez demandée ».

Autre enseignement intéressant : 56 % des opérateurs sondés pensent que la demande de vins en capsules à vis va progresser sur le court terme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé