Casse-tête autour d'un rendement minuscule

Mercredi 05 septembre 2012 par D. B.

Situation inédite dans le Beaujolais. Réunies en commission d'économie et marché, la production et le négoce ont décidé d'autoriser un rendement de 31,2 hl/ha en beaujolais nouveau (appellation Beaujolais et Beaujolais villages). Mais les dernières estimations faites sur le terrain prévoient un rendement moyen aux alentours de 25 à 30 hl/ha. Certains viticulteurs ne produiront donc même pas de quoi fournir le rendement maximum en primeurs !

Alors que l'échelle des possibles allait de 26 à 31,2 hl/ha de beaujolais primeur, la profession a choisi de placer le curseur au plus haut, à 31,2 hl/ha. Le négoce voulait des vins. La production était partagée.

« Il nous fallait quelques certitudes avant de tout libérer », reconnaît Thierry Saint-Cyr, secrétaire général de l'Union des vignerons du Beaujolais. Autrement dit, la production souhaitait obtenir des assurances sur les prix qui seront pratiqués pendant la campagne primeur.

Il semblerait qu'un consensus soit apparu autour de 200 ?/hl (contre environ 170 en 2011). Le beaujolais nouveau se vendra-t-il à ce prix ? C'est ce qu'il faudrait pour que la production s'en sorte cette année vu la faiblesse de la récolte qui se prépare.

« Ce prix semble correspondre à l'équilibre pour cette campagne aux rendements extrêmement faibles, estime Philippe Tranchand, président de l'Union des maisons de vin du Beaujolais-Mâconnais. Mais nous n'avons pas conclu d'accord. Tout d'abord, c'est interdit. Et ensuite, les transactions feront le marché. Il faut voir si nos clients seront capables d'absorber cette augmentation de prix. Cette année, par précaution, nous n'avons évoqué avec nos clients que des fourchettes de prix susceptibles d'évoluer à la hausse. »

Quant au marché des vins de garde, faute de récolte, il ne sera pratiquement pas approvisionné. Il risque de se faire quasiment en même temps que celui des primeurs, « à un prix certes inférieur, mais sans doute plus élevé qu'à l'habitude », poursuit le négociant qui termine en affirmant que « la situation va permettre de réévaluer les stocks de 2011, une très bonne année ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2016 - Tout droit réservé