Du rififi à Vouvray

Déclassement des vins de Jacky Blot et François Chidaine

Jeudi 04 juin 2015 par Ingrid Proust (La Vigne-Vitisphere)

Du rififi à Vouvray : déclassement des vins de Jacky Blot et François Chidaine

Piliers de l'appellation Montlouis-sur-Loire, Jacky Blot et de François Chidaine sont en guerre contre le syndicat de Vouvray. Ils veulent continuer à vinifier leurs vouvrays à Montlouis, ce qui est interdit par le cahier des charges. Depuis 1938, Montlouis-sur-Loire est une AOC située juste en face de Vouvray, sur la rive sud de la Loire. Montlouis a construit sa réputation en particulier grâce aux vins de Jacky Blot (domaine de la Taille aux Loups) et de François Chidaine. Lesquels ont aussi des vignes en AOC Vouvray, dont ils vinifient les raisins à Montlouis. Or le cahier des charges de l'AOC Vouvray est très clair : l'aire de production et de vinification ne comprend pas Montlouis-Sur-Loire.

« Cela a toujours été ainsi, indique Jean-Michel Pieaux, président du syndicat des vignerons de Vouvray. Jacky Blot avait obtenu de l'INAO une dérogation jusqu'aux vendanges 2013. Il y a un an, je lui ai notifié par écrit qu'il devait se mettre en conformité. François Chidaine a lui vinifié ses Vouvray dans l'aire de l'AOC jusqu'en 2012. Depuis il les vinifie à Montlouis. Tous deux savaient qu'ils allaient être contrôlés, comme tout opérateur. L'INAO leur a signifié ce manquement".

Les deux vignerons montlouisiens ne peuvent donc plus vendre leurs vouvrays sous cette appellation, mais en vins de France. Ils dénoncent l'intransigeance du syndicat de Vouvray. "Cela fait six mois que l'on négocie, que l'on demande une modification du cahier des charges, mais ils ne veulent rien entendre, déplore François Chidaine, qui exploite 10 ha en Vouvray. Il souligne que : « Le cahier des charges de Vouvray autorise la vinification à Nazelles-Négron, à 13 km de Vouvray, alors que Montlouis n'est qu'à 2 km à vol d'oiseau. J'estime que le syndicat a la volonté de nous nuire. "

Pour Jacky Blot, qui possède 5 ha en Vouvray, l'attitude du syndicat de Vouvray relèverait d'une certaine "jalousie". "Pour les amateurs éclairés, l'image de Montlouis a dépassé celle de Vouvray. Le syndicat a voulu nous punir de notre réussite." Le vigneron a mis au parfum ses clients, des blogueurs et prescripteurs. « mes vouvrays en vin de France, je suis obligé de les vendre au même prix qu'avant. Ils sont avec nous."

Jacky Blot et François Chidaine sont déterminés « à porter l'affaire en justice. » Jean-Michel Pieaux se dit prêt à "porter la discussion en conseil d’administration sur une évolution du cahier des charges. Mais une telle décision n'est pas anodine. Et on n'ouvre pas une aire géographique pour seulement deux vignerons."

 

 

[Photo : Vins de Vouvray]

Vour cherchez un fournisseur dans le domaine : Vinification

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
Gilles Le 30 juin 2015 à 11:20:27
Je trouve tout cela bien dommage pour les deux viticulteurs de Montlouis. On oublie le terroir dans cette affaire. Un Vouvray vinifié à Montlouis, reste un Vouvray. Si les viticulteurs de Pommard, qui sont aussi propriétaires de vignes à Volnay n'avaient plus le droit de nommer leur vin Volnay, ça ferait bien rire la profession en Bourgogne. Je pense qu'il faut calmer le jeu et modifier ce cahier des charges qui est, à mon avis, très mal pensé, voire plus d'actualité en terme de terroir. Je comprendrais si les vignes étaient sur Montlouis, mais là? Ce n'est pas le cas, elles sont sur Vouvray, donc, c'est du Vouvray.
marina Le 11 juin 2015 à 15:49:29
Alors si on commence à remonter dans le temps allons-y gaiement....Pour votre info Arno, Montlouis s'appelait Vouvray jusqu'à la création des AOC en 1936. Je pense que vous savez pertinemment pourquoi La zone de Montlouis est devenue Vouvray. Alors au 21unième siècle revenir en arrière avec ces petites guerres de clocher c'est lamentable, c'est tout juste digne d'enfants de maternelle qui disent c'est "à moi" et pas "à toi"... Je tiens à vous rappeler que le CDC a été revu en 2011 et comme le dit si bien Michoupitchou, Montlouis et Vouvray ne sont pas ennemies mais bien sœurs.
ArnO Le 10 juin 2015 à 12:08:58
Pourquoi Nazelle et pas Montlouis? Cette comparaison est intellectuellement fallacieuse, ces vignerons parlent de vol d'oiseau à partir de Vouvray, or l’appellation s'étend bien au-delà de ce seul village comme les amateurs éclaires le savent. Ensuite, des vins étaient vinifiés avant 1970 à Nazelle et c'est la raison pour laquelle il est autorisé de vinifier (uniquement des pétillants) à Nazelle. Etait-ce le cas à Montlouis? Non et la loi n'autorise donc pas Montlouis à faire partie de cette aire de proximité immédiate, c'est là la différence avec la jurisprudence pomerol.
Paul Le 08 juin 2015 à 12:18:21
L aire de vinification de l appellation Vouvray est inchangée depuis 1970 telle qu' elle s est établie par les usages. elle a du être écrite dans le cdc en 2008 ( comme pour toutes les AOC). Tous les opérateurs ont été pleinement informés
michoupitchou Le 08 juin 2015 à 00:05:38
« Nous ne sommes pas ennemis, mais amis ! Nous ne devons pas être ennemis. Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu'on les toucheras, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous. » Abraham Lincoln, discours d'investiture 1861
craoux Le 07 juin 2015 à 21:56:47
Le CDC prévoit une aire de proximité (constituée, pour partie, du territoire de la commune de Nazelles - Negron à 13 km de Vouvray). Montlouis est à 2 km à vol d'oiseau, de l'autre côté de la Loire. L'ODG pourrait-il expliquer les raisons "OBJECTIVES" de la non inclusion de Montlouis dans l'aire de proximité .... C'est comique ou triste .. au choix. Réminiscence des guerres picrocholines.
Paul Brunet Le 07 juin 2015 à 08:16:23
Bonjour Jacky Quand on le meilleur, on fait forcément des jaloux! En France, il est toujours mal vu de faire de l'ombre à son voisin. J'ai connu ça dans la fonction publique... Cordialment
marina Le 06 juin 2015 à 15:59:30
Cher Glob Glob j'ai cru comprendre que l'aire géographique a été revu dans le nouveau CDC en 2011, autant dire hier. En réponse à Arno, je n'ai aucune agressivité c'est juste la bêtise humaine qui m'agace, nous vivons dans un monde de moutons où nous devons accepter tout sans se battre. Si l'interview est mal fait ce n'est pas la faute des vignerons. Je veux juste vous faire comprendre que les règles du jeu ont été modifiées en cours de route et à bon escient afin de nuire à ces deux vignerons. Quant à la notion d'AOP, on peut se poser des questions sur la garantie d'une vraie qualité dixit Craoux.
ArnO Le 06 juin 2015 à 10:57:47
Chère Marina, votre agressivité ne vous honore pas. Le côté présomptueux et au dessus des règles est bien ce qui ressort de l'interview de ces deux monsieurs, ne vous en déplaise. Quant aux tenants est aux aboutissants, laissons faire l'INAO, la répression des fraudes et les vignerons visiblement pris en défaut de respect des règles puisque ce sont les organismes impliqués.
craoux Le 05 juin 2015 à 22:15:46
Chère Marina (que je ne connais pas) le dialogue ne peut s'installer que sur des bases un chouïa moins crispées (ou crispantes). Cher Glob-glob, dans les deux cas, je pense que ces vignerons - aussi talentueux soient-ils - auraient pu s'inquiéter bien avant du fait d'être borderline par rapport à ce point du CDC. Je note par ailleurs que leur fidèle clientèle le restera .. malgré la perte possible du sceau de leur AOP ... preuve qu'il y aurait une belle réflexion à mener sur cet aspect dont on parle jamais > AOP et garantie d'une vraie (?) qualité ... L'AOP (ou l'IGP d'ailleurs) c'est insuffisant pour fidéliser le consommateur, il faut instaurer la confiance.
Glob glob Le 05 juin 2015 à 21:35:15
Il serait intéressant de savoir quand a été redéfinie l'aire géographique dans laquelle est permise la vinification. Si cela date de la rédaction du cahier des charges accompagnant la réforme des SIQO en 2008, alors ces producteurs auraient pu s'inquiéter un peu plus tôt. Dans le cas contraire, on peut effectivement s'interroger sur les motivations du syndicat...
Norbert Le 05 juin 2015 à 20:54:04
Bon, a priori, la jurisprudence "Pomerol" leur serait assez favorable...
marina Le 05 juin 2015 à 15:40:43
Cher monsieur, quand on ne connaît pas les tenants et les aboutissants on se tait! Si vous connaissiez ces deux vignerons vous sauriez qu'ils ne sont absolument pas prétentieux comme vous le dites si bien. Les règles du jeu comme vous le dites ont été modifiées volontairement afin de nuire à ces deux vignerons, alors content?
ArnO Le 04 juin 2015 à 12:24:35
Depuis quand une prétendue qualité permet de s'exonérer des règles du jeu? Ces deux vignerons me semblent bien présomptueux.
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé