Le prix du vigneron de l'année remis à Emmanuel Reynaud, Château Rayas

Vendredi 09 janvier 2015 par Marion Ivaldi La Vigne - Vitisphere

Le prix du vigneron de l'année remis à Emmanuel Reynaud, Château Rayas

A la tête du Château Rayas, l'un des grands noms de Châteauneuf-du-Pape, Emmanuel Reynaud a vu son travail récompensé le 8 janvier par la Revue de Vin de France qui lui a décerné le prix du vigneron de l'année 2015. Extrêmement modeste, le vigneron est également à la tête du Château des Tours à Vacqueyras (Côtes du Rhône). Sa gamme est constituée du Château de Fonsalette (Côtes du Rhône), Pignan (Châteauneuf-du-Pape), Pialade (Côtes du Rhône), Domaine des Tours (vin de pays de Vaucluse).

La soirée de remise des prix des hommes du vin de l'année a été marquée par les attentats perpétrés en France cette semaine. Nombre de personnes ont eu un mot pour la tragédie. Distingué au titre de la découverte de l'année, Julien Sunier, Domaine des Noisetiers (Beaujolais) a ainsi mentionné que son deuxième prénom est Charlie. Ce jeune vigneron de 38 ans a créé son domaine en 2008 en installation hors cadre. Issu d'une famille de coiffeur dijonnais, il travaille en bio. Son frère projette de s'installer prochainement. Une nouvelle dynastie de vigneron est peut-être en train de naître dans le Beaujolais.

C'est la cave coopérative de Tain l'Hermitage qui reçoit le titre de coopérative de l'année. Son directeur, Xavier Gomart, a dédié cette distinction aux 300 viticulteurs adhérents de la cave et à ses 50 salariés. Il a remercié ceux et notamment Jancis Robinson qui ont « encouragé la cave à avoir son propre imaginaire et sa propre signature ». La RVF a également choisi d'honorer le négoce Osmin, installé dans le Sud-Ouest depuis 4 ans ainsi que le Château La Coste en Coteaux d'Aix-en-Provence qui reçoit le prix de l'oenotourisme pour son chai dessiné par Jean Nouvel où l'on peut admirer des œuvres de Calder.

Remis en partenariat avec Diam, le prix de l'innovation va au fonds de financement participatif Fundovino. Celui du blog est remis à Antonin Iommi-Amunategui de No Wine is innocent. Fidèle à son esprit hors des sentiers battus, ce dernier a lancé  : « il y a un combat supérieur à celui de la loi Evin qui est un épouvantail. Ce combat est celui de faire de la vigne, l'élite de l'agriculture. On sait tous qui fait les bons vins ».

Crédits photo : Marion Ivaldi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé