2013 dans le rétroviseur

Joutes pagnolesques pour (et contre) la chaptalisation

Vendredi 27 décembre 2013 par Alexandre Abellan

2013 dans le rétroviseur : joutes pagnolesques pour (et contre) la chaptalisation

Dans le vignoble français, le dossier des autorisations préfectorales de chaptalisation est un torchon brûlant, notamment dans le Languedoc-Roussillon. Sans prendre position, un important négociant languedocien estimait récemment que l'affrontement entre les pro et anti-chaptalisation tournait à « une joute entre don Camillo et Pepone ». Les points communs avec la série de films italiens ne manquent pas. Les positions antagonistes étant ici tenues par deux personnalités bien en place : Jacques Gravegeal (président historique des Vins de Pays d'Oc) et Boris Calmette (président des Caves Coopératives de France). Tout pagnolesque qu'il soit, ce duel a cependant pris un tour moins comique pour le vignoble méditerranéen, au final clivé et affaibli par ce combat de chefs.

Le dossier ne s'est pourtant pas invité par surprise à la table des décisions de vendanges. Dès août 2012, la journaliste Michèle Trévoux alertait sur le danger de ce dossier : « un drôle de pétrin pour la filière du vin ». La volonté du Parlement Européen de rétablir les aides à l'enrichissement par Moûts Concentrés et Moûts Concentrés Rectifiés (arrêtées depuis 2012) n'y a rien fait, tout comme l'interpellation du ministre par les représentants de la filière en ce début d'année. Plus que 2012, 2013 aura été un millésime difficile dans les préfectures viticoles. Avec la publication des arrêtés, on aura pu suivre en temps réel leurs décisions « avec ou sans de sucre » dans les Côtes du Rhône, le Gers, l'aire de Limoux... Rapidement, le président de la Confédération des Vins IGP, Michel Servage a ainsi fait part des « dysfonctionnements constatés, notamment en termes d’équité de traitement entre régions et entre segments de production (AOC/IGP/VSIG) »

Pour un même poids, deux mesures étaient en effet possible (c'est notamment le cas des IGP d'Ardèche et de l'Atlantique). Mais s'il est une décision qui a mis le feu aux poudres, c'est bien celle d'interdire la chaptalisation des vins IGP du Languedoc-Roussillon. Presque aussi vindicatifs que des rappeurs Westcoast en plein clash, les représentants de la filière vin du Grand Sud sont montés au créneau. Fort d'une pétition signée par une centaine de présidents de caves coopératives, Boris Calmette précisait dans un communiqué que « la chaptalisation ne consiste pas à ajouter du sucre et de l’eau. Les vignerons du Languedoc-Roussillon ne sont pas génétiquement fraudeurs comme certains le laissent entendre. » Gardien du temple fondé après les révoltes de 1907, Jacques Gravegeal a défendu une position intransigeante : « nous avons toujours été contre la chaptalisation. En Languedoc-Roussillon, nos vins proviennent exclusivement du raisin. »

Culminant lors de la dernière Assemblée Générale des Vins de Pays d'Oc (vu selon les partis en présence comme une tentative ratée de putsch ou l'occasion d'une main tendue), cette crise régionale a poussé la filière nationale à déclarer d'une voix : « plus jamais ça ! » Président du Conseil Spécialisé Vin de FranceAgriMer, Jérôme Despey confirmait que l'« on ne peut pas revivre ce que l'on a vécu cette année ». Ne tranchant pas dans ce débat passionnel, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a demandé aux représentants professionnels du Conseil Spécialisé d'arrêter une position commune pour janvier 2014. Le cas échéant, il trancherait pour eux, pour que les prochaines vendanges ne voient plus « des régions viticoles s'opposer ».

 

 

[Illustration : détail de l'affiche Le Petit Monde de don Camillo, dessinée par René Péron pour le film de Julien Duvivier (1952)]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
Hervé LALAU Le 28 décembre 2013 à 16:31:06
Faut-il rappeler qu'en 1907, la coopération languedocienne descendait dans les rues face aux fusils des militaires pour défendre le vin naturel, sans sucre ajouté? Qu'est-ce qui a changé? Que penseraient les grands parents des responsables d'aujourd'hui?
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé