Biodynamie

Loin des clichés, un film réveille les terroirs

Mardi 24 janvier 2012 par Alexandre Abellan

Biodynamie : loin des clichés, un film réveille les terroirs

En parrallèle du salon Millésime Bio, le cinéma montpelliérain Diagonal organisait le 23 janvier 2011 une projection du film L’esprit du vin (voir la bande-annonce ci-dessous). Etaient présents la réalisatrice et l’auteur de ce documentaire (Olympe et Yvon Minvielle, exploitants du Château de la Garette,Premières côtes de Bordeaux) ainsi que certains protagonistes du film. Tous vignerons en biodynamie.

Car telle est la force de ce documentaire : donner à voir la diversité des approches, pratiques et sensibilité qui font la viticulture biodynamique. Afin de bien clarifier les choses, Yvon Minvielle a tenu à préciser en préambule « qu'aucun de nous n'a de comptes à régler, mais des choses à montrer ». En effet les propos tenus ne sont nullement vindicatifs envers les viticulteurs conventionnels, et le discours ne fuit pas non plus les aspects ésotériques, et contestés, de la biodynamie.

Brisant l’image de gentils illuminés chamaniques, tous ces vignerons d’Alsace, de Bordeaux, de Bourgogne, de Loire, du Roussillon, d’Autriche et d’Espagne nous montrent ce qu’est le quotidien viticole de la biodynamie : le travail méticuleux des sols, les préparations biodynamiques et les traitements au cuivre. Tous ces travaux étant rythmés (et non imposés) par le calendrier des semis de Maria Thun. Loin d’appliquer telles quelles les recettes de Rudolf Steiner, le vigneron en biodynamie a une posture d’observateur, qui s’adapte et n’hésite pas à expérimenter.

Contrairement à la viticulture biologique, celle biodynamique ne s’arrête pas aux portes des celliers. Dans la même logique d’accompagnement, plus que d’intervention, les levures sont alors exclusivement indigènes. Pour Olympe Minvielle (voir photo) il est « impensable d’utiliser des levures sèches en biodynamie. Les levures sont le lien essentiel au lieu du vin, ce sont les témoins des originalités et typicités de l’année. Comme nos raisins sont sains et dénués de résidus phytosanitaires, nous n’avons en cave plus qu’à accompagner la fermentation alcoolique par la dégustation et des analyses confirmant ou non nos observations. »

L’esprit du vin est un documentaire porté et soutenu par les vignerons du Groupe Renaissance des AOC. Son fondateur, le charismatique Nicolas Joly (exploitant de la Coulée de Serrant, Anjou), est ainsi présent de par en par du film, dénonçant la pression des marques sur les terroirs, l’importance de la quantité sur la qualité... Il est plus surprenant de voir apparaître Michel Rolland. Ce dernier semble en effet tout sauf à sa place en déclarant « constater les résultats qualitatifs et environnementaux de la démarche biodynamique », tout en précisant que s’il veut s’occuper professionnellement, il ne peut pas non plus être trop regardant sur les pratiques viticoles de ceux qu’ils conseillent...

Loin de ce cynisme (qui frise l'opportunisme), les vignerons en biodynamie sont passionnés par leurs terroirs et leurs produits. Il reste à savoir si cette viticulture est, comme le clame le film, l'avenir de la viticulture française. Si les conversions sont de plus en plus nombreuses (la certification Biodynamie est proposée par Demeter et Biodivins), il semble encore utopique de croire que l'ensemble du vignoble français puisse prochainement s'engoufrer dans ce qui reste, encore, un marché de niche exigeant et nécessitant une réelle fibre (pour ne pas dire philosophie) biodynamique.

 

 

L’esprit du vin, le réveil des terroirs est actuellement projeté dans toute la France (pour voir les séances, cliquer ici). Olympe et Yvon Minvielle prépare par ailleurs une suite à leur film (La bataille du goût. Nourrir les hommes, sauver la Terre).

 

Alexandre Abellan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Recopier le code :
Processing
LIRE LES COMMENTAIRES
procyanidine Le 30 janvier 2012 à 15:39:59
Voici la copie d'un article que j'avais posté sur Vitisphere : Formation ICV Viticulture en Biodynamie. Je trouve navrant que Vitisphere soit le support publicitaire de la biodynamie. La biodynamie repose sur aucun argument raisonnable de la biologie végétale ou de la biologie des sols enseignées dans les universités. Rudolph Steiner, self made man mais aucunement agronome est l'instigateur de cette pratique, très à la mode, qui ne repose sur aucun argument scientifique. Ce sont des croyances et des pratiques ésotériques dont on a beaucoup parlé au début du XXIème siècle car la biologie du sol était encore inexistante. Aujourd'hui on a tendance à ce rabattre sur des méthodes qui donnent l'impression que le vigneron qui les utilise maîtrise mieux sa terre car il agirait lui-même par des manipulations dignes du moyen âge (bouse dans corne ou intestin de vache, vortex, dilution homéopathiques et astrologie) sur la qualité de son vignoble. Il est vrai que la science est peut-être plus difficile d'accès que la biodynamie, mais elle est oh! combien plus efficaces. La biodynamie marche bien car les pratiques de l'agriculture biologiques (respect du sol, utilisation de pesticides dit biologique) sont efficaces. Mais sans le cuivre et sans le soufre les biodynamiciens sont perdus. Les vignerons auraient plus besoin de cours et d'informations plus sérieuses comme sait le faire d'habitude Vitisphere !!! . Pour plus d'info voir le cours sur la biologie du sol surtout à partir de diapo 24: http://www.domainedevens.com/le_sol.pdf . Sur l'utilisation du cuivre (élément toxique) en viti voir: http://www.domainedevens.com/DVH/2011/12/21/diminution-voir-suppression-du-cuivre-en-viticulture/ . Georges Siegenthaler www.domainedevens.com
Bio+++ Le 30 janvier 2012 à 09:03:29
Il est maladroit/candide de parler "d'absence de résidus", mais les biodynamiciens restent propres par raport aux nouveaux/faux Bio. Ceux qui sont du mouvement par interet commercial plus que par passion nous font un grand tort avec leur logique conventionnel qui pervertit l'AB.
Objectivité Le 28 janvier 2012 à 19:11:31
Pas de résidus phytosanitaires??? Un film ne masquera pas longtemps la réalité... Du cuivre est utilisé en viticulture biodynamique. Le cuivre est un produit phytosanitaire et aussi un métal lourd qui s'accumule dans les sols.... Il est d'ailleurs sur la selette au niveau européen depuis plusieurs années.
© Vitisphere 2017 - Tout droit réservé